Unite and Shine – Nous sommes nombreux !

|  das Haus betreffend ffr

Le Théâtre National de la Sarre signe la « Déclaration des nombreux » | Actions pour une société ouverte, plus de diversité et de tolérance le dimanche 19 mai 2019

Sous le slogan « Unite and Shine – Nous sommes nombreux », des acteurs culturels font entendre leur voix le dimanche 19 mai 2019 au niveau national pour une société ouverte, le développement de la structure démocratique dans le respect, la diversité et la tolérance, et contre le racisme, la discrimination, l'autoritarisme national et la restriction de la liberté artistique.  

Le Théâtre National de la Sarre y participe lui-aussi : à la suite du 7ème concert symphonique et la représentation du ballet Extravagances, des membres de la troupe viennent surprendre le public avec des actions musicales à l'occasion des élections européennes.

Le Théâtre National de la Sarre a récemment rejoint le mouvement fédéral « Nous sommes nombreux ! », au sein duquel des acteurs culturels s’expriment ouvertement contre le populisme ainsi que les pensées racistes et nationalistes et en faveur de l’ouverture au monde et de la démocratie. « Ce qui réussit au Théâtre de Sarrebruck, où plus de 400 personnes issues des nations les plus diverses travaillent ensemble en paix, devrait être également possible au niveau européen », voici le souhait de Bodo Busse.

La déclaration sarroise DER VIELEN (des « Nombreux ») se trouve dans les nouveaux programmes et peut être téléchargée ici sous forme de pdf - ou bien lue immédiatement ci-dessous :

La déclaration sarroise DER VIELEN (des « Nombreux »)


Le Pays de la Sarre a une histoire mouvementée derrière lui, et le regard rivé vers le Projet Européen.

Avant les guerres mondiales, le Pays de la Sarre était partiellement sous influence française, et devait se soumettre à l’autorité Prusse ou Bavaroise. Après la Première Guerre Mondiale, dans le contexte du Traité de Versailles, il fut placé sous l’influence de l’administration de la Société des Nations. Avec le retour dans le Troisième Reich, décidé par référendum en 1935, le Pays de la Sarre fut présenté par les Nationaux-socialistes comme un « bastion contre la France ». L’histoire mouvementée du Pays de la Sarre, les demandes d’autonomie et le protectorat français prirent seulement fin en 1957, avec un référendum et l’intégration dans la république fédérale d'Allemagne.  

Dans le Pays de la Sarre, des pensées d’extrême droite et des pensées nationalistes ont transformé beaucoup de personnes en criminels et ont faits beaucoup de victimes. Dans une région marquée par l’exploitation minière et l’industrie du Fer, ce n’était pas uniquement la solidarité qui influençait l’esprit et les actions des gens. Aujourd’hui, nous, les responsables culturels, sommes conscients que nous devons voir notre société comme une assemblée pluraliste où la démocratie doit sans cesse être renégociée.

Le Pays de la Sarre se considère aujourd’hui comme le voisin direct de la France, du Luxembourg et de la Belgique, au cœur de la Grande Région transfrontalière européenne. C’est ici que bat le cœur de l’Europe. Le « bastion contre la France » est devenu un pont politique et culturel vers la France, un engagement pour l’ouverture sur le monde et la démocratie. Les frontières sont ouvertes, la culture transfrontalière se vit naturellement dans de nombreux domaines de la vie de tous les jours. Le bilinguisme est un objectif dans les régions frontalières. Là où les frontières des langues reculent, les barrières religieuses et nationales devraient être également surmontées. Nous, les institutions culturelles et artistiques, nous encourageons un discours de liberté, un discours transculturel, démocratique, libre de tout jugement, un discours qui respecte la dignité de l’Homme. Afin de créer des valeurs communes par la force partagée, nous devons garantir une ouverture pour rendre possible des dialogues et des processus créatifs au-delà des frontières culturelles et linguistiques. Ces valeurs s’orientent vers un avenir ouvert, transculturel et vers une communauté mondiale. Cette ouverture doit être accessible à tout Être Humain, qu’importe son sexe, ses origines, sa religion ou son orientation sexuelle. Nous ne proposons pas de podium pour la propagande nationaliste. Nous nous solidarisons avec les personnes qui sont poussées au bord de la société par une politique d’extrême droite. Nous ne permettons pas que notre polyphonie soit perturbée.

Nous nous levons contre le populisme, contre les pensées racistes ou nationalistes, contre la restriction de la liberté artistique et de la liberté d’expression, contre le fanatisme religieux, la renationalisation de la culture et les fausses vérités. La société, la culture et l’art sont des processus participatifs. Nous croyons en la « polyphonie des plusieurs », sans l’accompagnement vénéneux de la polémique, du racisme, de la haine, du dénigrement et de la violence.

Notre société ouverte, située au cœur de l’Europe, a besoin d'un engagement créatif et proactif vers la Démocratie !