4ème concert symphonique Le jeu de vagues

Felix Mendelssohn Bartholdy (1809–1847) Märchen von der schönen Melusine F-Dur op. 32
Felix Mendelssohn Bartholdy  Konzert für Violine und Orchester e-Moll op. 64
Sergej Rachmaninow (1873–1943)  Die Toteninsel a-Moll op. 29, Sinfonische Dichtung für großes Orchester zum Gemälde von Arnold Böcklin
Claude Debussy (1862–1918)  La Mer

Kirill Troussov Photo: Marco Borggreve

Écoutez l'introduction


4ème concert symphonique Le jeu de vagues

Felix Mendelssohn Bartholdy (1809–1847) Märchen von der schönen Melusine F-Dur op. 32
Felix Mendelssohn Bartholdy  Konzert für Violine und Orchester e-Moll op. 64
Sergej Rachmaninow (1873–1943)  Die Toteninsel a-Moll op. 29, Sinfonische Dichtung für großes Orchester zum Gemälde von Arnold Böcklin
Claude Debussy (1862–1918)  La Mer

Avec son ouverture concertante Mélusine, Mendelssohn nous transporte dans le monde féerique créé par Wilhelm Tieck. Dans cette œuvre, il associe son amour pour la mer à l’expression du bonheur et de la peine des amoureux, au fier chevalier et à la magie séduisante de la sirène. Le motif des vagues à la fin de la pièce a été repris plus tard par Richard Wagner dans son « Rheingold ».

C’est pendant de reposantes vacances d’été passées avec sa famille à Bad Soden am Taunus, que Mendelssohn a créé son concerto pour violon en mi mineur. Il semble que l’œuvre reflète les jours d’insouciance de l’été. C’est une œuvre typique du romantisme musical, pleine de mélodisme florissant, de brillance virtuose et d’instrumen-tation fine.

L’« Île des morts » de Rachmaninov a été écrite pendant son séjour à Dresde. Les promenades dans le Volkspark,avec ses nombreux arbres centenaires, l’aidaient à combattre la dépression. Le tableau de Böcklin « L’île des morts » exerçait sur lui un pouvoir magique. Une figure d’accompagnement rythmique récurrente dépeint le balancement du bateau et des vagues dans son poème


Palais des Congrès

Représentation

Distribution


1. Violine:  Wolfgang Mertes, Timothy Braun, Haiganus Cutitaru, Lutz Barberger, Tae-Keun Lee, Karla Beyer, Anna Kudryavtseva, Jürgen Lantz, Sachiko Ota, Hiroko Tominaga-Topp, Peronnik Topp, Gisela Arnold, Yunji Go, Jimi Shin  

2. Violine:  Danny Gu, Rocío García Pérez, Hanna Bruchholz, Isabelle Herhammer, Christine Christianus, Sachiko Doi, Pauline Kopp, Kai-Holger Meier, Ursula Pistorius, Martin Ruppert, Maarja Oserov, Johannes Sauer         

Viola:  Ekkehart Fritzsch, Denis Theis, Haruko Imazawa, Isabelle Manck, Friederike Jerrentrup, Michal  Ondruj, Martina Schnepp, Monika Bagdonaite, David Kapchiev, Justyna Sikorska

Violoncello:  Benjamin Jupé, Liav Kerbel, Marie-Hélène Brendle, Jan Krause, Angela Prinz, Martin Vogtel, Sebastián Escobar Avaria, Jieun Yang

Kontrabass:  Thomas Strey, Lutz Müller, Duck Kyu Yoon, Frank Grandjean, Yunsoo Lee, Katja Pendzig

Flöte:  Dorothee Strey, Mechtild Diepers, Eva Abels

Oboe:  Stanislav Zhukovskyy, Raphael Klockenbusch, Andriy Gudziy

Klarinette:  Günter Schraml, Jörg Lieser, Jan Creutz

Fagott:  Marlene Simmendinger, Anso Fiedler, Chi-Tih Wang, Nicolas Horry

Horn:  Anton Richter, Holger Nießing, Julie Moreau, Reinhold Ernst, Regina Mickel, Christoph Latzel

Trompete:  Christian Deuschel, Martin Schneider, Marc Kienle, Gabor Reiter, Philipp Bölk

Posaune:  Wolfgang Bichlmeier, Helmut Wendeler, Stefan Bender

Tuba: Bernd Schäfer

Pauke:  Martin Hennecke

Schlagzeug: Alexander Lenz, Dominik Minsch, Thomas Varga

Harfe:  Nora von Marschall, Isabelle Müller