#

Artist in Focus

Benjamin Bernheim compte depuis longtemps parmi les ténors lyriques les plus demandés de sa génération et se produit sur de nombreuses scènes renommées, dont la Scala de Milan, le Royal Opera House, l'Opéra de Paris, l'Opéra national de Bordeaux ou le Staatsoper Unter den Linden de Berlin et le Staatsoper de Vienne. Ses interprétations de grands rôles de ténor du répertoire romantique sont toujours accueillis avec enthousiasme par le public et la presse. Il est lui-même très exigeant quant à sa propre évolution vocale : « Si, en tant que chanteurs, nous restons simplement au même niveau, nous cessons d'être des artistes. Nous devons constamment nous remettre en question pour progresser ». Benjamin Bernheim est un artiste exclusif de Deutsche Grammophon. Son premier album, sorti en 2019, a rencontré un franc succès.

 

Au cours de la saison 2022/2023, Benjamin Bernheim sera l'Artist in Focus du Théâtre National de la Sarre.

Composer in Focus

Singulière et intense : des mots qu’emploient Sarah Nemtsov pour définir son œuvre avec une grande clarté. Elle est l'une des compositrices majeures de notre époque et crée un univers sonore qui s'intéresse de manière sensorielle et profonde à notre présent et explore de nouvelles voies sonores au fil de plus de 150 œuvres. Dans les formats les plus divers, les références à l'art, à la littérature et à la politique trouvent chez Nemtsov une transposition dans la composition ; un vaste spectre que le Théâtre National de la Sarre et l'Orchestre National souhaitent explorer dans toute sa diversité, en nommant Sarah Nemtsov Composer in Focus de la saison 2022/2023.

 

Venez faire connaissance avec la compositrice sous toutes ses facettes : dans son opéra grand format « Ophelia », à l’occasion du 3e concert symphonique, mais aussi dans le cadre intime du concert-dialogue en présence de l'artiste elle-même.

L'Histoire de l'Orchestre National de la Sarre

Aujourd'hui, l'Orchestre National de la Sarre est un ensemble de renommée internationale, solidement enraciné dans la vie culturelle sarroise grâce à une tradition plus que centenaire. Depuis sa création, l'Orchestre National de la Sarre s'est forgé une réputation individuelle, unique en son genre, grâce à une programmation de concerts variée. Ces dernières années, des stars du monde de la musique classique telles que Marc Minkowski, Thomas Sanderling, Camilla Nylund, Christian Elsner, Simon Höfele et Daniel Müller-Schott ont été les invités des concerts symphoniques.

 

1912—1945 Professionnalisation et effondrement

Le 14 juin 1912, le premier orchestre professionnel de la Sarre voit le jour à Sarrebruck, l'Orchestre de la Société des amis de la musique. C'est à cette création, qui tenait compte de la prospérité et de la conscience culturelle croissantes de la région, que remonte la tradition désormais centenaire de l'Orchestre National de la Sarre. Jusqu'au déclenchement de la Première Guerre mondiale, l'ensemble, composé d'une quarantaine de musiciens, se produit en tant qu'orchestre d'opéra et de cure et donne en outre ses propres concerts. Le premier lieu de représentation des concerts locaux est le Saalbau de la ville, le premier chef d'orchestre est Victor Cormann, qui s'était déjà distingué en tant que chef d'orchestre des ensembles de Sarrebruck et avait largement contribué à leur création. Après de pénibles tentatives de relance après la guerre et de multiples frictions nationalistes avec l'occupation française, un véritable nouveau départ est finalement pris en 1922 avec la nomination de Felix Lederer au poste de directeur musical. Le célèbre chef d'orchestre pragois dirige le destin de l'Orchestre municipal jusqu'à sa retraite forcée en 1935. Au cours de ces treize années, il transforme l'orchestre de Sarrebruck en un corps sonore hautement professionnel. C'est ainsi que, sous sa direction, l'on peut assister à la première représentation intégrale de l'Anneau du Nibelung à Sarrebruck durant la saison 1924/25.

 

Après l'annexion de la Sarre par le Reich allemand en 1935, le chef d'orchestre Lederer n'est pas le seul à quitter son poste en tant que juif. Tous les membres juifs de l'orchestre perdent leur poste jusqu'en 1936. Cela fait suite à des années d'agitation dans la presse et de discrimination par les autorités. Dans l'Etat nazi, l'orchestre du Gautheater Westmark, comme il s'appelle à partir de 1938, se retrouve de plus en plus sous l'emprise de la politique culturelle nationale-socialiste. En plus de servir le nouveau Gautheater Westmark (inauguré en 1938 avec le Vaisseau fantôme de Wagner), l'orchestre participe à de nombreuses représentations exceptionnelles. Ainsi, lors d'une soirée festive à l'occasion de l'anniversaire du référendum sur la Sarre, le 14 janvier 1936, la pianiste Elly Ney est invitée à interpréter le concerto pour piano en la mineur op. 54 de Schumann. Jusqu'en 1937, le chef d'orchestre Wilhelm Schleuning dirige l'orchestre, puis Heinz Bongartz prend la relève et le dirige jusqu'à sa dissolution provisoire en 1944.

1945—1977 Restauration et internationalisation

Les musiciens de Sarrebruck nouvellement réunis se présentent pour la première fois en janvier 1946 sous le nom d'Orchestre municipal avec les ouvertures de La Flûte enchantée de Mozart et d'Egmont de Beethoven. Environ un an plus tard, il accompagne l'opéra Orphée et Eurydice de Willibald Gluck en tant que première production de théâtre musical ; le nouveau directeur musical et chef d'orchestre Philipp Wüst est au pupitre. Le manque de l'après-guerre, qui se reflète également dans les archives de partitions déteriorées, peut être comblé en avril 1947 par un parrainage de l'Association des Concerts-Colonnes de Paris. C'est le début d'une longue tradition de la francophonie dans les concerts de la ville de Sarrebruck. Pendant les 16 années de direction de Wüst, des premières sarrebruckoises de compositions telles que celles de Maurice Ravel ou d'Albert Roussel sont données. La création de concerts pour enfants et adolescents est une autre tradition de cette époque. En 1963, Siegfried Köhler, qui avait auparavant dirigé l'Opéra de Cologne en tant que directeur musical intérimaire, est nommé directeur général de la musique. Avec l'intendant Hermann Wedekind, un programme d'échanges internationaux se développe dans les années qui suivent : dans le cadre des Journées Internationales du Théâtre, l'orchestre étudie des œuvres de théâtre musical avec des artistes d'Europe de l'Est, par-delà le rideau de fer ; une coopération germano-géorgienne à partir de 1973 initie même un jumelage de Sarrebruck avec Tbilissi. Martha Argerich, Maurice André et Jörg Demus se produisent en tant que solistes de renom dans les concerts symphoniques. La réalisation de la 8e symphonie de Mahler (Sinfonie der Tausend), le premier Ring de Sarrebruck avec la formation originale ainsi qu'une semaine de festival Verdi de haut niveau sont d'autres points forts de l'ère de Köhler, parfois qualifiée de « d'âge d'or ». Après le départ de Köhler en 1974, Christof Prick, alors âgé de 28 ans, prend pendant trois ans la direction de l'orchestre du Théâtre National de la Sarre, nom qu'il porte par intérim depuis 1971.

 

1977 à aujourd'hui

En 1977 a lieu le dernier changement de nom : l'orchestre du Théâtre National peut désormais s'appeler officiellement Saarländisches Staatsorchester Saarbrücken (Orchestre National de la Sarre de Sarrebruck). Sur le plan matériel, le gain de prestige qui en résulte se traduit par une augmentation du niveau de rémunération dans le groupe TVK B. Sur le plan artistique, le nouveau directeur général de musique et directeur de l'opéra, Matthias Kuntzsch, venu du théâtre de Lübeck, mène l'orchestre vers de nouveaux succès. Au cours de ses huit années de direction, Kuntzsch dirige plus de 100 concerts et environ 75 opéras, dont des nouveautés illustres comme Le Grand Macabre de György Ligeti ou des perles rarement entendues comme le Golem d'Eugen d'Albert, ce dernier dans le cadre d'une semaine de festivités dédiée au compositeur. Le « SSO » est déjà un orchestre invité très demandé : le Festival des Flandres, le Théâtre Rococo de Schwetzingen, l'Alte Oper de Francfort et la Liederhalle de Stuttgart sont quelques-unes des étapes de ces années-là.

En 1985, Jirí Kout devient chef d'orchestre principal. Le musicien tchèque se fait un nom au Théâtre national comme interprète profond de Bruckner et Mahler, mais brille également avec des compositions de son pays natal. Sous sa direction, une nouvelle représentation cyclique de l'Anneau du Nibelung, très apprécié à Sarrebruck, a lieu en 1990, après celles de 25, 68 et 78. Kout dirige l'orchestre pendant six saisons, jusqu'en 1991. L'imposant héritage du chef d'orchestre au SSO est ensuite rapidement repris par trois chefs d'orchestre en pleine ascension : Jun Märkl (jusqu'en 1994), Laurent Wagner (jusqu'en 1998) et Olaf Henzold (jusqu'en 2001). Au cours de cette dernière période du siècle, l'orchestre élargit largement son rayon d'action en effectuant des tournées et des concerts, notamment à Tokyo, Nantes, Soleure et en Italie du Nord. En 1993, l'orchestre est promu au rang d'« orchestre A », la catégorie tarifaire la plus élevée pour les orchestres professionnels publics allemands. En 1994, les concerts symphoniques sont transférés au Palais des congrès, qui est depuis lors le foyer du son spécifique de l'Orchestre National de Sarrebruck. Les inondations de la Sarre en 1993 constituent un sévère coup du sort : malgré l'aide active de l'orchestre et de sa direction, un certain nombre d'inventaires, de partitions et d'instruments n'ont pu être sauvés.

Au début des années 2000, des concerts en plein air, la participation au festival Kulturmeilenfest de Sarrebruck ainsi que des ciné-concerts populaires complètent le programme des concerts symphoniques. En tant que nouveau directeur général de musique, Leonid Grin donne une nouvelle orientation à ces concerts à partir de 2001 : les favoris de Grin, Tchaïkovski et Chostakovitch, deviennent des compositeurs incontournables. Après le départ de Leonid Grin en 2006, les directeurs Constantin Trinks (jusqu'en 2009), Toshiyuki Kamioka (jusqu'en 2014) et Nicholas Milton (jusqu'en 2018) remportent de nouveaux succès internationaux. Au cours de ces années, des invitations conduisent l'Orchestre National au Festival de musique de la Moselle, à l'Arsenal de Metz en France et à la Philharmonie du Luxembourg. Dans la ville de Sarrebruck, des festivités très appréciées s'établissent ; de nouveaux lieux de représentation comme le patrimoine culturel mondial Völklinger Hütte sont testés avec succès. Sur l'initiative de Toshiyuki Kamioka, les dates des concerts symphoniques changent pour une matinée du dimanche et un concert le lundi soir, conformément à une tradition de plusieurs décennies. Par ailleurs, d'intenses partenariats médiatiques se développent avec les radios sarroises et Deutschlandfunk Kultur, qui débouchent sur des enregistrements et des retransmissions à grande échelle (comme le 8e concert symphonique de la saison 2002/03 dans plus de vingt pays).

Aujourd'hui, l'Orchestre National de la Sarre est un ensemble de renommée internationale, solidement enraciné dans la vie culturelle sarroise grâce à une tradition plus que centenaire. Depuis sa création, l'Orchestre national de la Sarre s'est forgé une réputation individuelle, unique en son genre, grâce à une programmation de concerts variée. Ces dernières années, des stars du monde de la musique classique telles que Marc Minkowski, Thomas Sanderling, Camilla Nylund, Christian Elsner, Simon Höfele et Daniel Müller-Schott ont été les invités des concerts symphoniques.

En tant qu'« Artist in Focus », il invite chaque saison un compositeur ou un musicien contemporain de renom, parmi lesquels figuraient récemment Jörg Widmann, Fazil Say, Christian Jost, Pascal Dusapin et Sarah Nemtsov. Le nouveau cycle de concerts « Showcase », les très populaires ciné-concerts, concerts du Nouvel An et concerts pour enfants ainsi que la série de concerts de chambre élaborée par les musiciens de l'orchestre, avec plus d'une douzaine de matinées par saison, complètent le programme. En outre, l'orchestre effectue régulièrement des tournées internationales, comme récemment à Paris, Luxembourg, Rome et Zurich.

Sous la direction de Sébastien Rouland, qui occupe le poste de directeur musical depuis la saison 2018/19, la musique orchestrale française occupe plus que jamais une place de choix dans le programme de concerts de l'Orchestre National. Une collaboration active et fructueuse le lie au directeur commercial Matthias Almstedt et à l'administrateur général Bodo Busse depuis respectivement 2008 et 2017.

Personnages & noms au fil du temps

Directeurs de l'orchestre

Cormann, Viktor 1912-1922
Tietjen, Heinz 1922
Lederer, Felix 1922-1935
Schleuning, Wilhelm 1935-1937
Bongartz, Heinz 1937-1944
Wüst, Philipp 1946-1964
Köhler, Siegfried 1964-1974
Prick, Christoph 1974-1977
Kuntzsch, Matthias 1977-1985
Kout, Jiri 1985-1991
Märkl, Jun 1991-1994
Wagner, Laurent 1994-1998
Henzold, Olaf 1998-2001
Grin, Leonid 2001-2006
Trinks, Constantin 2006-2009
Kamioka, Toshiyuki 2009-2014
Milton, Nicholas 2014-2017
Rouland, Sébastien depuis 2017

 

Noms de l'orchestre

Orchestre de la Société des amis de la musique (1912-1919)
Orchestre de théâtre (1919-1922)
Orchestre municipal (1922-1938 sowie 1945-1977)
Orchestre du Gautheater Westmark (1938-1945)
Orchestre National de la Sarre de Sarrebruck (depuis 1977)

 

 

Référence bibliographique : Dagmar Schlingmann, Matthias Almstedt (Éd.):
Les 100 ans de l'Orchestre National de la Sarre. Sarrebruck, 2012.

Référence vidéo : reportage du Saarländischer Runkfunk à l'occasion du centenaire de l'Orchestre National.
Texte et rédaction : Fabian Mayer


L'Orchestre National de la Sarre remercie Peter Ziegler pour son soutien rédactionnel.

La direction de l'orchestre depuis 2018/2019

Le directeur général de musique Sébastien Rouland

Parmi ses projets pour 2022 figuraient deux nouvelles productions de Tristan et Isolde et de Carmen à Sarrebruck ainsi qu'une nouvelle production des Contes d'Hoffman à l'Opéra de Göteborg. En concert, il dirige l'Orchestre National de la Sarre au Théâtre des Champs Elysées à Paris ainsi que le Sofia Philamonic et le Filharmonia Poznanska. La production de La Vie Parisienne qu'il a dirigée à l'Opéra national de Lyon est parue en DVD chez Virgin Classics et Le Postillon de Lonjumeau chez Naxos, ainsi qu'un enregistrement de La Fille de Madame Angot chez Palazetto Bru Zane.

 

Depuis la saison 2018/2019, Sébastien Rouland est directeur général de musique du Théâtre National de la Sarre.

Violoncelliste de formation, Sébastien Rouland s’enthousiasme dès son plus jeune âge pour la direction d’orchestre. Depuis 2002, il s’est imposé comme l’un des chefs d’orchestre les plus accomplis et les plus polyvalents de sa génération. Son vaste répertoire s’étend de la pratique de l’interprétation historiquement informée dans le répertoire baroque aux temps modernes. Il a dirigé des productions d’opéra à Berlin, Stuttgart, Wiesbaden, Essen, Paris, Lyon, Marseille, Strasbourg, Vienne, Lucerne, Saint-Gall, Berne, Lisbonne, Tel Aviv, Mexico, pour ne citer que quelques villes.

 

En 2015, il fait ses débuts réussis à l’Opéra national de Paris avec Alceste de Gluck. Il s’est produit sur des scènes de concert avec des orchestres tels que le RSO Frankfurt, l’Orchestre du Festival Handel à Halle, la Badische Staatskapelle de Karlsruhe, l’Orchestre philharmonique d’Essen, l’Orchestre de la radio norvégienne, l’Orchestre symphonique de Saint-Gall, la Camerata Zurich, les Musiciens du Louvre, l’Orchestre Philharmonique de Luxembourg et l’Orchestre National de Lyon.

 

Pour l'entrée en fonction de l'administration générale de Bodo Busse au Théâtre National de la Sarre en septembre 2017, Sébastien Rouland a dirigé le Grand Opéra Guillaume Tell de Gioachino Rossini avec un grand succès auprès du public et de la presse. Cette production très acclamée a été présentée sur Arte sous la forme d’un enregistrement télévisé par la SR2.

2018 et 2019 incluent de nouvelles productions de Kuhlaus Lulu au Théâtre Royal de Copenhague, Cosi fan tutte de Mozart à l’Opéra d’État de Hambourg, Carmen de Bizet au Théâtre Aalto d’Essen, Adolphe Adams Le postillon de Lonjumeau à l’Opéra Comique de Paris et une reprise des Contes d’Hoffmann d’Offenbach au Nouveau Théâtre National de Tokyo. Des concerts symphoniques avec l’Orchestre Philharmonique de Luxembourg, l’Orchestre Symphonique de Saint-Gall et les Musiciens du Louvre.

 

En 2021, il dirige une nouvelle production de Manon von Massenet et une reprise de Cosi fan Tutte à l’Opéra d’État de Hambourg, une version de concert de La Fille de Madame Angot au Théâtre des Champs Elysées à Paris et une nouvelle production de Trovatore à Sarrebruck.