Voix de presse


»Regisseur Tobias Heyder erzählt Puccinis "La Boheme" mit viel Bühnenzauber und versprüht Pariser Bar-Atmosphäre: Edle Holzvertäfelung, exquisite Drinks und elegante Nachtschwärmer.«

SAARTEXT, 23.10.2017, Karsten Neuschwender

»Mit dieser Eingangsszene macht Regisseur Tobias Heyder klar, dass er die Puccini-Oper, die am Samstagabend im Staatstheater Premiere hatte, nicht als süßlich-romantische Schnulze angelegt hat, sondern als ein buntes, schrilles, teilweise kitschiges Zerrbild des reichhaltigen Pariser Lebens zum Ende des 19. Jahrhunderts.«
Mehr lesen...

Saarbrücker Zeitung, 23.10.2017, Joachim Wollschläger

»Im Saarländischen Staatstheater geht die Bohème aber nicht nur durch die Ohren, sondern auch durch die Augen in‘s Herz […]. [Tobias Heyder] verzichtet darauf, die Oper in der Tradition des Regietheaters gegen den Strich zu bürsten […].«
Mehr hören/lesen...

SR2 Kulturradio, 22.10.2017, Karsten Neuschwender

La Bohème

JEUNE À NOUVEAU
L’Opéra pour une soirée parfaite

Ce soir, nous sommes tous jeunes. Et pour que tout soit parfait : s’habiller élégamment, réserver une table au restaurant italien (ou au choix français ou sarrois) et le tour est joué. Au plus tard après « Que cette main est froide » nous devrions enserrer une main, et de préférence pas la nôtre.
Puccini nous livre l’opéra parfait pour une soirée qui ne nous déçoit pas : nous serons certainement émus, nous sourirons et nous écraserons une larme.

Puis avec un verre de vin rouge, nous passerons à la deuxième partie de cette soirée, de préférence à deux. Et si ce n’est pas le cas ? Si ces jeunes gens avec leur chiche vie d’artistes ne nous touchent pas, si nous avalons une biscotte avant de nous endormir seul ? Alors Puccini nous offre la plus belle musique pour s’endormir qui soit, c’est promis ! Voilà une soirée à ne pas manquer pour tous les amoureux, qu’ils soient jeunes ou vieux. Et si l’argent ne suffit pas pour le restaurant italien, une portion du Chop Suey to go sur les bords de la Sarre fera l’affaire. La vie est belle, même sans luxe. Et puis de toutes façons, le luxe se cache dans chaque air et dans chaque sursaut de l’orchestre, jusqu’au dernier soupir d’une Mimi à l’article de la mort. Hélas.

Première


Théâtre National

21.10.2017

Représentation


Théâtre National


Samedi, 16. Déc 2017, 19:30 h

Musikalische Leitung Stefan Neubert


Rodolfo, Dichter
Angelos Samartzis
Marcello, Maler
Julian Younjin Kim
Schaunard, Musiker Salomón Zulic del Canto
Colline, Philosoph Markus Jaursch
Mimì Pauliina Linnosaari
Musetta Valda Wilson
Alcindoro Stefan Röttig
Benoît, Hauswirt Stefan Röttig


Vendredi, 22. Déc 2017, 19:30 h

Musikalische Leitung Nicholas Milton

Rodolfo, Dichter Angelos Samartzis
Marcello, Maler Peter Schöne
Schaunard, Musiker Salomón Zulic del Canto
Colline, Philosoph Hiroshi Matsui
Mimì Elizabeth Wiles
Musetta Valda Wilson
Alcindoro Stefan Röttig
Benoît, Hauswirt Stefan Röttig


Mardi, 26. Déc 2017, 18:00 h

Musikalische Leitung Nicholas Milton

Rodolfo, Dichter Angelos Samartzis
Marcello, Maler Peter Schöne
Schaunard, Musiker Salomón Zulic del Canto
Colline, Philosoph Markus Jaursch
Mimì Pauliina Linnosaari
Musetta Valda Wilson
Alcindoro Stefan Röttig
Benoît, Hauswirt Stefan Röttig


Samedi, 06. Jan 2018, 19:30 h

Mardi, 09. Jan 2018, 19:30 h

Dimanche, 21. Jan 2018, 14:30 h

Mardi, 20. Fév 2018, 19:30 h

Vendredi, 23. Fév 2018, 19:30 h

Vendredi, 09. Mars 2018, 19:30 h

Vendredi, 30. Mars 2018, 18:00 h

Distribution


Direction musicale
Mise en scène
Dramaturgie
Répétiteur pour les choeurs
Répétiteur chorale des enfants

Rodolfo, ein Poet
Marcello, ein Maler
Schaunard, ein Musiker
Colline, ein Philosoph
Alcindoro, ein Staatsherr
Benoit, Hausherr

Parpignol, Spielzeugverkäufer: Manuel Horras / Hei-Chang Kim
Sergente, Un Doganiere: Vadim Volkov / Taeyoung Kim
Opernchor und Extrachor des Saarländischen Staatstheaters
Kinderchor des Saarländischen Staatstheaters
Saarländisches Staatsorchester