4ÈME CONCERT SYMPHONIQUE AUX CONFINS DE L’INFINI

    Œuvres de Franz Schreker, Alexander Glasunow et Ludwig van Beethoven

    [Translate to Française:]

    Votre sécurité et votre santé nous tiennent à coeur. Par conséquent, les règles d'hygiène suivantes s'appliquent aux visites de nos salles de spectacles et de la billetterie :

    • Distanciation ( 1,50 m )
    • Éternuer et tousser dans le coude
    • Hygiène des mains ( désinfectant mis à disposition )
    • Conformément à l'ordonnance actuelle relative à la protection contre les infections de la Fédération régionale de Sarrebruck, le masque doit également être porté pendant la représentation.

    Ouverture des portes de toutes les salles de spectacles 30 minutes avant le début de la représentation ; aucune personne ne pourra être admise dans la salle après le début de la représentation.
    Vous trouverez de plus amples informations ici.

    4ÈME CONCERT SYMPHONIQUE AUX CONFINS DE L’INFINI

    Œuvres de Franz Schreker, Alexander Glasunow et Ludwig van Beethoven

    Franz Schreker était un artiste sonore avec une palette de couleurs musicales incroyablement variée, qui lui a ouvert un univers aux possibilités d’expression les plus diverses. Les énormes masses sonores que Gustav Mahler avait apportées sur la scène des concerts étaient désormais impossibles à amplifier, il fallait quelque chose de nouveau. Avec sa « Symphonie de chambre », Schreker a suivi la voie vers l’intérieur, a écouté la musique, a transformé les agrégats musicaux et a atteint les limites de l’irréalité grâce à un phénomène sonore subtil.

    Glazounov a également innové avec son enthousiasme pour le jazz, qu’il avait découvert en Amérique du Nord, et un instrument encore tout à fait nouveau et inconnu à l’époque de Glazounov, le saxophone. Il a composé sa dernière œuvre, le Concerto pour saxophone alto et orchestre à cordes, pour le saxophoniste Sigurd Raschèr. Elle a été jouée pour la première fois en 1934 et est de- puis devenue un pilier du répertoire de concert pour cet instrument. Le premier accord de la Première Symphonie de Beetho- ven ne passait incontestablement pas inaperçu, l’accord de septième pouvant sembler terriblement dissonant aux oreilles de l’époque. Une nouvelle ère de la symphonie s’annonçait.


    Palais des Congrès

    Distribution


    Direction musicale
    Saxophone

    Saarländisches Staatsorchester