7ÈME CONCERT SYMPHONIQUE FLIRTER AVEC LES TRADITIONS

    Œuvres de Joseph Haydn et Igor Strawinsky

    [Translate to Française:]

    Votre sécurité et votre santé nous tiennent à coeur. Par conséquent, les règles d'hygiène suivantes s'appliquent aux visites de nos salles de spectacles et de la billetterie :

    • Distanciation ( 1,50 m )
    • Éternuer et tousser dans le coude
    • Hygiène des mains ( désinfectant mis à disposition )
    • Conformément à l'ordonnance actuelle relative à la protection contre les infections de la Fédération régionale de Sarrebruck, le masque doit également être porté pendant la représentation.

    Ouverture des portes de toutes les salles de spectacles 30 minutes avant le début de la représentation ; aucune personne ne pourra être admise dans la salle après le début de la représentation.
    Vous trouverez de plus amples informations ici.

    7ÈME CONCERT SYMPHONIQUE FLIRTER AVEC LES TRADITIONS

    Œuvres de Joseph Haydn et Igor Strawinsky

    Joseph Haydn Sinfonie Nr. 83 g-Moll »La Poule« (»Die Henne«)
    Joseph Haydn Cellokonzert Nr. 1 C-Dur Hob. VIIb : 1
    Igor Strawinsky Suite aus dem Ballett Pulcinella für Orchester

     

    Haydn était connu pour son humour et son plaisir envers toutes sortes de rebondissements musicaux inattendus, ce qui donna plus tard à ses symphonies des titres bizarres, comme la Symphonie n° 83. Haydn n’avait pas donné lui-même le titre de « La Poule » à sa symphonie ; il a été adopté plus tard et fait référence au deuxième thème « gloussant » du premier mouvement. Haydn aurait certainement apprécié.
    Pour son ami Joseph Weigel, violoncelliste du prince d’Esterhazy, Haydn écrit un concerto destiné à cet instrument, qui à cette époque était encore négligé par les compositeurs en tant qu’instrument soliste. Avec ce concerto extrêmement exigeant, Haydn a mis un trésor entre les mains des plus grands violoncellistes, qui doivent cependant faire preuve d’une grande virtuosité.

    La musique du cosmopolite Igor Stravinsky va de la parodie, de l’humour et de la moquerie aux sonorités rigoureuses de l’église. Avec sa musique de ballet « Pulcinella » pour Diaghilev, le directeur des « Ballets Russes » (d’où provient la suite d’orchestre) il choque Diaghilev et ses amis. Le citoyen scandaleux avait flirté avec la tradition, notamment avec la musique de Pergolèse. Il a lui-même décrit cette découverte du passé comme une « épiphanie » et elle allait être décisive pour la suite de son travail.

     


    Palais des Congrès

    Distribution


    Chef d'orchestre
    Violoncelle

    Saarländisches Staatsorchester